La famille de Noailles sous Louis XV

La famille de Noailles au XVIIIe

    Adrien-Maurice est le 3ème Duc de Noailles. Il est également Comte d'Ayen, Marquis de Montclar, Comte de la Motte-Tilly, et de Nogent-le-Roy. Il était lui aussi militaire, et a vécu distinctement sous les règnes de Louis XIV vieillissant et de Louis XV. Il est né en septembre 1678 et il meurt à 88 ans, le 28 juin 1766 : les Noailles vivent longtemps et en bonne santé !

Les distinctions militaires n'arrêtent pas. Comme son père, son grand-père et son arrière grand-père, Adrien-Maurice est gouverneur du Roussillon, mais surtout Capitaine de la première compagnie des Gardes du corps, brigadier dès 1702, Maréchal de Camp en 1704 puis lieutenant général en 1706 ! Il participe aux campagnes de la guerre de succession d'Espagne, puis de succession de Pologne, et enfin de succession d'Autriche où il fait campagne aux côtés de Louis XV en personne. Dans sa vieillesse, il sera nommé ministre d'état et doyen des Maréchaux de France.

    Ce vaillant guerrier habile et courageux épousa Françoise Amable d'Aubigné en mars 1698, qui était la nièce de Madame de Maintenon, mais surtout son unique héritière, mariage très avantageux pour lui, vous en conviendrez... Elle lui donnera six enfants, quatre filles qui feront de beaux mariages, et deux garçons qui sans doute doivent encore faire la fierté des descendants !

Ils sont :

- Françoise-Adélaïde , (1704-1776), mariée en 1717 à Charles de Lorraine, Comte d'Armagnac

- Amable Gabrielle , (1706-1742), mariée en 1721 à Honoré Armand, Duc de Villars

- Marie- Louise ( née en 1710), mariée en 1737 au Duc de Caumont- La Force

- Louis de Noailles ( 1713-1793), Duc héritier

- Philippe de Noailles (1715-1794), élevé au titre de Prince de Poix

- Marie Anne Françoise (née en 1719), mariée à Ludwig Van Der Marck.

 

    Louis de Noailles est le 4ème Duc de Noailles, le 1er Duc d'Ayen et reste également Marquis de Montclar, de Maintenon (par héritage maternel) et Comte de Nogent-le-Roy. Né le 21 avril 1713 et mort à Saint-Germain en Laye le 22 août 1793, il sera lui aussi Maréchal de France.

A 16 ans, il est déjà Maître de Camp du régiment des Dragons de Noailles ! Il devient Brigadier en 1740 puis Maréchal de Camp en 1743, avant de faire ses preuves à la Bataille de Fontenoy. Il est ensuite Lieutnant général en 1748 et enfin Maréchal de France en 1775. Il va partager une certaine amitié avec Louis XV, lui faisant entre autre découvrir et partager sa passion pour la botanique. Il faisait aussi partie des intimes de Madame de Pompadour, qui l'aimait particulièrement pour sa voix et l'invitait à jouer avec elle des airs d'opéra.

Vers la fin de sa vie, la Révolution éclate. On lui demande d'émigrer par sécurité mais il refuse. Il échappera cependant à la guillotine, mais simplement parce qu'il va mourrir de vieillesse avant que la Terreur ne s'empare de lui !

Louis de Noailles épouse le 25 février 1737 Catherine Françoise Charlotte de Cossé-Brissac. Elle lui donnera quatre enfants :

    - Jean Louis Paul François, (1739-1824), héritier

    - Adrienne Catherine (17416-1814), mariée en 1755 avec le Comte de Tessé

    - Emmanuel Marie Louis ( 1743-1822), Marquis de Noailles et de Maintenon

    - Philippine Louise Catherine (1745-1791), mariée en 1763 à Louis de Gramont, Duc de Lesparre

 

    Le frère de Louis est à l'origine de la branche cadette des Noailles, qui sera donc titrée Prince de Poix par attribution espagnole (suite à l'élévation des Noailles au titre de Grands d'Espagne de 1ère classe ).

Philippe de Noailles obtiendra ce titre dès 1729. Il est aussi Comte de Noailles et Duc de Mouchy. Il est né le 27 décembre 1715 et mort le 27 juin 1794...

Ses actions militaires sont aussi palpitantes que ses prédécesseurs. Son premier siège fut à l'âge de 16 ans! Il va participer avec grandeur aux trois grandes guerres menées par Louis XV, au point de devenir à son tour brigadier en 1743, Maréchal de Camp en 1744, Lieutenant général en 1748 et surtout gouverneur du Château de Versailles et de Trianon dès 1720; Il est enfin élevé au titre de Maréchal de France en 1775 en même temps que son frère aîné.

Ce vaillant Philippe resta aussi en France lors de la période révolutionnaire, mais la vieillesse ou la maladie ne l'emportèrent pas avant la Terreur : il fut condamné à mort en même temps que sa femme, sa nièce et sa belle fille par le tribunal révolutionnaire le 27 juin 1794.

Jacques Hérisset (auteur du livre Les Aumôniers de la guillotine 1954) rapporte ces troublantes paroles :

<< alors que quelqu'un lui lançait un "courage, Monsieur le Maréchal", cet illustre Philippe répondit : "à quinze ans, j'ai monté à l'assaut pour mon Roy, à près de quatre-vingts, je monterai à l'échaffaud pour mon Dieu !" >>

 

   Philippe de Noailles va épouser Anne Claudine Louise d'Arpajon. Ce nom peut ne rien dire à beaucoup d'entre nous. Pourtant c'est une femme que l'on connait plus que l'on ne peut le croire, et qui apporte à l'histoire de très grandes choses. Née en 1729, c'est en réalité l'arrière petite-fille de Jules Harouin Mansart, ce grand Architecte en Chef du nouveau Versailles, Maitre des Bâtiments de France et 1er architecte du Roi. Louis XIV l'avait anobli, et ses enfants ont pu ainsi se marier avec des membres de la Noblesse, pour finalement en arriver à faire union avec l'une des plus influentes familles de la Cour de France.

Anne Claudine est aussi celle que Marie- Antoinette va surnommer "Madame Etiquette", et l'on peut croire alors qu'elle était sévère et pas très gentille. Or il faut se rappeler que cette chère Dauphine était très jeune et que supporter chaque jour une vieille personne peu souriante (car pieuse et réservée) et à cheval sur la bienséance (car c'était son travail) ne devait pas lui plaire de beaucoup. On garde alors de Madame Etiquette une mauvaise image qui ne correspond pas du tout au personnage. Non, Anne Claudine de Noailles était surtout pieuse, femme d'un homme au courage exemplaire, et mère de sept enfants, dont trois moururent en bas âge. Elle dut démissionner pour laisser la place à la Princesse de Lamballe, puis fut victime à son tour de la Terreur au moment de la "conspiration des prisons".

C'est la 3ème de ces conspirations appellée "conspiration du Luxembourg" du  4 thermidor an II qui fut à l'origine de cette arrestation familiale massive. On cherchait en ce moment révolutionnaire à trouver milles excuses possibles pour l'élimination massive des prisonniers et à "purger les prisons", quitte à se fournir de faux témoignages et de fausses accusations. Les Noailles étaient arrêtés dans la prison de Luxembourg et furent victime de cette rafle. Parmis les 45 victimes du 4 thermidor, on compte : la Duchesse de Brissac, notre Madame Etiquette, son époux, la vicomtesse de Noailles accompagnée de sa mère la Duchesse d'Ayen et sa grand mère (la belle soeur de Philippe et Madame Etiquette) . Ils sont pour la plupart inhumés au cimetière de Picpus à Paris.

 

 

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site